C'est le malaise du moment
C'est l'épidémie que nous désirons
Seul à la fin de la fête
On attrape le dernier bus pour la maison
L'Amérique conformiste se réveille
République du café et des gâteaux
On ouvre le loquet sur la grille
Du taudis qu'on appelle maison

Protège-moi de mes désirs

Peut-être que nous sommes victimes du destin
Souviens-toi lorsqu'on faisait la fête
On buvait et on était drogué jusqu'à pas d'heure
Et maintenant nous sommes tout seuls
Les cloches du mariage ne sonneront pas
Avec nous deux, coupables d'un crime
L'un et l'autre condamné au temps
Et maintenant nous sommes tout seuls

Protège-moi de mes désirs.
11.5.06 21:15
 


bisher 0 Kommentar(e)     TrackBack-URL

Name:
Email:
Website:
E-Mail bei weiteren Kommentaren
Informationen speichern (Cookie)



 Smileys einfügen

Gratis bloggen bei
myblog.de